Passer
le mot

LE DÉBUT D’UNE
RÉVOLUTION

Que faut-il pour réinventer les marionnettes?

Par Stephanie Tsank
Zack Buchman
Zack Buchman et un ami à un évènement de Barnes and Noble, Union Square. Photo: Dmitri Slepovitch

“Avez-vous entendu parler de ‘Grumpy Cat’? ” demande Zack Buchman, le Fondateur et Directeur Créatif de Furry Puppet Studio, en se promenant à travers son studio de Brooklyn, s’arrêtant pour soulever une marionnette féline fronçant les sourcils, ses yeux bleus clairs fixés dans un état de contrariété perpétuelle, dans l’air.

Il se réfère, bien sûr, au célèbre chat dont l’expression pointue de dégoût a tout inspiré, d’entrevues télévisées aux mèmes–avec des merveilles comme : “Pourquoi ne vous glissez vous pas dans une tenue plus décontractée …comme un coma,” et “Je me suis amusé une fois…c’était horrible.” Grumpy Cat réapparaît ici maintenant dans la seule version officielle de sa forme de marionnette, l’air renfrogné entièrement intact.

Buchman, un ancien animateur qui a quitté la maison et déménagé à New York à un jeune âge, a une formation peu orthodoxe pour un directeur créatif qui est à la tête de sa propre entreprise. “En réalité, je n’ai jamais fini par aller à l’université,” dit-il. “Mais je pense que cela a fini par me donner cette perspective extérieure et un regard inhabituelle. C’est pourquoi notre travail est si différent.”

En effet, il semble que la perspective unique de Buchman a beaucoup à voir avec l’attention que Furry Puppet Studio obtient : lui et son équipe ont conceptualisé et fabriqué ensemble des marionnettes pour une large variété de productions, d’émissions télévisées aux vidéoclips présentant quelques invités vedettes inattendus, comme Jon Hamm et Michelle Obama.

Buchman, comme il le dit, puise l’inspiration artistique des jeux informatiques pixélisés auxquels il a été exposé dans son enfance et “naturellement, les premiers travaux de Jim Henson.” Il croit de tout cœur dans la puissance de la conception intelligente des personnages et est “un grand fan de garder les choses simples.”

Jon Hamm, sympathisant avec un yéti bleu. Image reproduite avec la permission de Funny Or Die

Ces premiers jeux informatiques, dont l’esthétique a influencé le goût de Buchman à un jeune âge, continuent à servir comme source d’inspiration. Buchman reflète : “chaque pixel a compté. Travailler avec de tels moyens primitifs a forcé les concepteurs à cette époque, comme le directeur de Pixar Steve Purcell, à faire des choix étonnamment intelligents pour préserver l’essence du personnage.”

De même, le processus créatif à Furry Puppet Studio commence souvent humblement, par un gribouillis fortuit, ou un griffonnage rejeté dans les marges d’un carnet à croquis. L’équipe combine alors les forces pour “comprendre l’essence du griffonnage et ce qui le rend si spécial,” dit Buchman. Ce noyau crucial d’inspiration a le potentiel d’émerger en un véritable personnage; un être charnu (ou poilu) qui maintient les éléments singuliers de sa forme originale.

“Nous nous donnons tout ce mal parce que nous croyons que le moyen est vraiment exceptionnel,” explique Buchman, observant que les marionnettes ont une façon distincte de développer des liens durables et des échanges significatifs avec des audiences. “Il y a une connexion émotionnelle qui n’existe simplement pas de la même façon dans d’autres moyens,” dit-il.


Last minute preening before a close-up
Lissage de dernière minute avant un gros plan


Maria Gurevich about to send off her latest creation
Maria Gurevich sur le point d’envoyer sa dernière création

L‘atmosphère de Furry Puppet Studio est comme celle d’une confiserie : couleurs vives, formes surprenantes et plaisirs visuels. L’équipe créative au studio n’est pas différente dans sa diversité, éclectisme et ses techniques novatrices, utilisant des imprimantes 3D et fabriquant son propre tissu, qu’elle appelle affectueusement “la toison de rêve.”

Errant dans le studio se trouvent Yaron Farkash, l’ami d’enfance de Buchman et partenaire créatif, et née à Moscou, maîtresse en matière de création de marionnettes Maria Gurevich; “la plus incroyable sculptrice sur mousse que j’ai jamais rencontrée,” dit Buchman, “elle est comme un Edward Scissorhands en vrai.“ Enfin, pour compléter l’équipe, il y a Tom Newby, l’extraordinaire ingénieur mécanicien, dont l’apparence rappelle “le professeur de Back to the Future” et Poly Smith, une légendaire créatrice de costumes qui, Buchman révèle, est “une coinventrice du soutien-gorge de sport. Je suis sérieux, Google-le !”

Étant donné le dynamisme de l’équipe et le flair créatif de Buchman, Furry Puppet Studio est sur le point d’être un leader dans le mouvement pour réinventer l’art des marionnettes. Quoique bien sûr, regarder devant soi tout en tenant compte des réalisations passées du moyen restent un défi palpable.

Dans un rare moment de sérieux, Buchman place soigneusement la marionnette Grumpy Cat sur un appui de fenêtre à proximité dans son studio-un rebord qui tient déjà une variété de créatures colorées de tailles et d’expressions variées. Grumpy Cat est parfaitement à l’aise dans ce mélange de monstres bleus, globes oculaires imprimés en 3D et oiseaux en néon, et Buchman l’est aussi. Lorsqu’on lui a demandé d’élaborer sur l’inspiration pour sa toute nouvelle création, Buchman fait un geste vers un carnet de croquis sur son bureau. “Tout a commencé dans un rêve étrange,” dit-il.

Artist Mary Nagler adds some color to a squirmy monster.
L’artiste Mary Nagler ajoute un peu de couleur à un monstre qui se tortille.
The team rests between takes at a Greenwich Village shoot.
L’équipe se repose entre des prises de vues à un tournage de Greenwich Village.
Artist Maria Gurevich examines some newly born puppet heads.
L’artiste Maria Gurevich examine quelques têtes de marionnettes nouvellement créées.
Mechanical magic in the making
La magie mécanique en formation
Scribbles by artist Kristen McCabe.  © Furry Puppet Studio Inc.
Gribouillis par l’artiste Kristen McCabe. © Furry Puppet Studio Inc.